fertility week 2018

« Semaine Européenne de la Fertilité 2018 » : Lettre à M. le Président de la République

« Semaine Européenne de la Fertilité 2018 » – FERTILITY EUROPE et l’Association COLLECTIF BAMP vous demandent votre soutien

Courriel adressé à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française (copie à M. le directeur de cabinet de M. Macron et les membres de son cabinet en charge de ce dossier)

Monsieur le Président de la République,

Du 5 au 11 novembre 2018, est organisée la 3ème semaine européenne de la fertilité  par Fertility Europe – une organisation paneuropéenne au service des patients engagés dans des traitements pour infertilité. En vue de célébrer le 40è anniversaire de Louise Brown, le premier bébé né grâce aux techniques de la fertilisation in-vitro (FIV), des associations de patients de partout en Europe s’associent pour une semaine de campagne pour mettre en avant la signification des anniversaires pour les familles.

BAMP, association française de patients de l’AMP et de personnes infertiles, nous a proposé d’y participer via un challenge, sur des thèmes prédéfinis (40 ans de FIV et moi ? Stop aux incompréhensions, place à la réflexion, Aujourd’hui, fêtons nos familles etc.) pour donner de la visibilité à  nos revendications sur les réseaux sociaux.

Nous avons choisi d’écrire, chaque jour de la semaine, une lettre à un ou des décideurs politiques, à des membres du gouvernement, pour leur demander de :

  1. Reconnaître le droit d’essayer d’avoir un enfant en tant que droit universel dans l’ensemble de l’UE
  2. Assurer un accès égal, juste et sûr aux traitements contre l’infertilité
  3. Fournir un financement public pour toutes les lignes de traitement de l’infertilité
  4. Engager le secteur public à fournir de meilleures informations sur la fertilité et l’infertilité
  5. Mettre en œuvre des campagnes de communication pour éliminer la stigmatisation associée à l’infertilité 

 Aujourd’hui,  je relève le défi de vous écrire sur le thème du jour : que souhaitez-vous pour l’avenir ? Quels sont vos espoirs pour demain, pour les années futures ?

En 1975, à 19 ans, lors du débat parlementaire sur l’IVG,  j’ai été profondément marquée par la violence et la bassesse des échanges. J’entendais des hommes juger une femme qui avait échappé de peu à un génocide et à travers elle, c’est moi qu’ils accusaient d’être une meurtrière. Aujourd’hui ces mêmes hommes, ou leur fils, m’accusent d’être une mère maltraitante, une femme qui n’aime pas les hommes etc. J’ai quand même la joie de constater qu’ils sont beaucoup moins nombreux et que des femmes de leur parti politique osent refuser leur consigne de « vote de groupe ».

J’espère, nous espérons que nos enfants, nos fils, n’auront pas – en 2019 – à revivre ce spectacle d’hommes en colère contre des femmes « coupables » de vouloir ou de ne pas vouloir un enfant.

Nous regrettons que l’idée que peut-être 2 000 naissances par an sur les 800 000 naissances annuelles en France chaque année soient à l’origine d’une souffrance morale de personnes qui nous sont inconnues. Nous n’avons pour notre part pas d’autres valeurs que le droit au bonheur, l’amour de nos enfants et le respect de l’autre.

Notre représentante a eu l’occasion en mai dernier de vous parler de nos projets parentaux, de nos enfants, de nos adhérentes en cours de procédure en Belgique, en Espagne, au Danemark. 

Certes ce choix peut paraître étrange alors qu’il y a tant de mères seules dans la précarité. Il faut objectivement reconnaître que ces mères n’ont pas fait des enfants lorsqu’elles étaient seules et que la plupart des enfants disposent d’un père.

Nous espérons en 2019 ne pas avoir demain à continuer ce long chemin de croix vers la Belgique ou l’Espagne.

Le comité consultatif national d’éthique a rendu deux avis favorable à la PMA pour toutes les femmes en France en 2010 et en 2018.

C’est donc une volonté politique qui doit s’affirmer.

Nous attendons de cette volonté politique qu’elle affirme que le droit à la santé sexuelle et reproductive des femmes est plus fort que le droit de l’embryon et qu’elle mette fin au mensonge procréatif qui fait souffrir des centaines d’enfants français qui ne connaissent rien de leurs origines, pas même une photo ou quelques données médicales.

Pour les années futures, nous espérons que nos enfants seront des enfants français comme les autres, avec deux parents dès leur naissance quand cela est possible, et sinon avec une maman qui les aime pour deux et un entourage aimant et protecteur. 

Nous vous remercions par avance de l’intérêt que vous porterez à ce courrier :

Twitter : @collectifbamp @fertilityeurope 

Mail : collectif@bamp.fr  

ou bien en répondant à ce courriel, nous ferons suivre votre réponse.  

Veuillez agréer,  Monsieur le Président de la République, l’assurance de notre respectueuse considération.

Les représentantes de l’association Mam’ensolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.