Etats Généraux de la Bioethique 2018

Nos propositions aux Etats généraux de la bioéthique – extraits (20 avril 2018)

Faisant le lien avec ces groupes qui apportent entraide et partage aux mamans et futures mamans solos, une délégation composée d’Anne-Sophie, Laure et Marie a été auditionnée par les Etats Généraux de la Bioéthique le 20 avril 2018.

Nous avons fait trois propositions :

Proposition 1 : Libre accès de la PMA pour les femmes seules en France

LA PMA solo permet de vivre une vie maternelle épanouie. Le choix de « faire un bébé toute seule » est l’aboutissement de parcours personnels diversifiés, ce n’est pas un rejet du couple traditionnel ou de l’altérité.

Parcours divers et désir de maternité

(…) Les raisons de ce choix sont plurielles : beaucoup de femmes se retrouvent à un âge avancé, seules et doivent faire face à leur horloge biologique : faire un bébé toute seule, ou risquer de passer à côté de la maternité.

Cette situation est de plus en plus fréquente, à cause du recul de l’âge de la maternité, de la volonté de certaines femmes de faire carrière, de relations avec des hommes qui eux aussi ne souhaitent pas s’engager dans la parentalité trop tôt et reculent la démarche… Les couples se font et se défont mais à un certain âge, la femme ne peut plus reculer sous peine d’abandonner pour toujours son désir de maternité. Par ailleurs, certaines femmes, en raison de handicaps physiques ou d’une infertilité diagnostiquée jeune, n’ont pas trouvé un partenaire prêt à les accompagner dans leur désir de maternité. D’autres encore, qui ont vécu des violences ou plusieurs rencontres non satisfaisantes, peuvent se tourner également vers la PMA en célibataire.

La décision est en général prise après un long temps de réflexion par des personnes matures qui sont capables d’élever un enfant seule. (…)

Constat : L’adoption aurait pu être une alternative mais la priorité est la plupart du temps donnée aux couples. En outre le nombre d’adoptions internationales diminue (2 000 en 2011 et 685 en 2017 – source MAE).

Impact sur l’enfant

Constat : Des études anglo-saxonnes sur les nouvelles parentalités concluent que ce n’est pas la structure de la famille qui compte, mais la qualité des interactions entre les membres de la famille. (Source: Susan Golombok – University of Cambridge – Centre for family research / doctor Peggy Drexler – Cornell University New York – Weill Cornell Medical College Faculty )

Les enfants nés de PMA solo sont des enfants fortement désirés par leurs mamans qui sont persuadées de l’importance d’un environnement familial, amical et social enrichissant pour leurs enfants. L’altérité nécessaire à l’enfant se fait ainsi avec l’entourage. Elles recherchent également l’appui de groupes d’entraide qui continuent d’avoir une fonction de soutien à la parentalité et de rencontres entre les enfants qui sont aidés à bien vivre leur différence de conception.

Rendre légale la PMA pour les femmes seules permettrait à ces enfants de ne pas être stigmatisés.

Proposition 2 : La prise en charge de la PMA pour les femmes seules, au même titre que pour les couples

Il n’y pas de raison de créer des inégalités dans la prise en charge de la PMA, selon le statut familial des parents. (…)

En outre, la PMA payante pour les femmes célibataires qui ont des problèmes de fertilité (la grande majorité des femmes à cause de leur âge) discrimine ces femmes en raison de leur état de santé et de leur statut familial. (…)

Conséquences : La PMA payante peut exclure de la maternité des femmes dont la situation financière est plus modeste. Cela favorise également des comportements alternatifs risqués (dons de sperme « sauvage », relations sexuelles non protégées avec un quasi-inconnu …) et rallonge les parcours. Ces parcours plus longs engendrent des maternités plus tardives, pour certaines des gémellités non désirées, et des grossesses et des accouchements à surveillance aigue. Enfin l’absence de la prise en charge peut également mettre en difficulté financière une future famille monoparentale.

Proposition 3 : Un accompagnement à la monoparentalité pour tous

Il est urgent de faire comprendre ce choix auprès de nos concitoyens et faire évoluer la perception que la société a de cette structure familiale.

Acceptation de la monoparentalité (…)

Observation : Dans la société actuelle, il existe une stigmatisation autour de la monoparentalité basée sur diverses croyances : l’enfant considéré comme un moyen de surmonter l’isolement social, l’incapacité à nouer des relations intimes, etc… Les mères célibataires par choix ne se reconnaissent pas dans cette stigmatisation sociale, ni dans les préjugés et tabous associés à la vulnérabilité économique et sociale de la monoparentalité subie.

Les mères célibataires par choix sont aujourd’hui des personnes stables. Elles assument leur décision et s’investissent fortement dans la parentalité.

Conclusion : Pour changer le regard de la société sur la monoparentalité choisie, nous souhaitons attirer l’attention sur l’importance des études démographiques et sociologiques, afin de mieux les comprendre et les accepter. (…)

Pendant le parcours PMA

  • Accompagnement et protection des parcours de PMA (réflexion en amont de la maternité, protection légale au travail, accompagnement psychologique gratuit…)
  • Accompagnement et protection de la grossesse (il est regrettable qu’une maman solo ne puisse se confier à son médecin de famille, au médecin du travail, à un psychologue ou à un responsable de crèche par crainte d’être mal jugée).
  • Accompagnement de la maternité (…)

Dans leur quotidien de maman

  • Réflexion sur les besoins de ces familles pour trouver des solutions afin que ces enfants s’épanouissent et se sentent accueillis par la société française (…)

Conclusion

Nous attendons une évolution radicale de la situation des femmes célibataires qui ont décidé de devenir mères seules.

  • Nous souhaitons rendre légale la PMA pour les femmes célibataires en France (nous revendiquons également à ce titre l’accès à certaines techniques d’assistance médicale à la procréation – double don, DPI, auto-conservation des ovocytes -, ainsi qu’un bilan de fertilité gratuit après 35 ans).
  • La proposition de notre groupe est de rendre la prise en charge financière de la PMA égale pour toutes.
  • Nous proposons également la mise en place d’une réflexion sociétale pour accompagner au mieux ces familles (structures d’aide aux parents, protection et accompagnement pendant le parcours et la grossesse, études pluridisciplinaires…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.